|   Presse | Actualités|

Troisième Mission de supervision du ProCAD : Le PPAAO-Bénin et le PADA sur le chemin de la réalisation de leurs objectifs


Une mission conjointe de supervision Banque mondiale Gouvernement du Bénin séjourne depuis le 21  octobre au Programme Cadre d’Appui à la Diversification Agricole (ProCAD).  Et comme il est de coutume, après des séances de travail au bureau la mission est allée, du 23 au 28 octobre 2013, au contact des réalités de terrain pour mieux comprendre la mise en œuvre des activités prévues dans le cadre des Projets PADA et PPAAO-Bénin.

Quatre jours de tournée qui a amené l’équipe de supervision du PPAAO-bénin et du PADA conduite par Erick ABIASSI, de Cotonou à Malanville en passant par Gouti, Kodé dans la vallée de l’Ouémé, Houin dans les départements du Zou-Collines et Gogounou, Borodarou et Ina dans le Borgou-Alibori, Allada et Sékou dans le département de l’Atlantique.

La première étape de cette visite de terrain a été Gouti et Kodé. Deux localités de la vallée de l’Ouémé situées côte à côte et où le Projet d’Appui à la Diversification Agricole a aidé les producteurs à réaliser des aménagements hydro agricoles pour la production du riz. La rencontre avec les responsables du groupement Finagnon a rassuré la mission. Ces producteurs sont très contents et satisfaits de l’appui  qui leur a été apporté par le PADA. Ils attendent la décrue pour procéder aux semis. Par contre à Houin, commune de Glazoué dans le département des Zou-Collines, les producteurs du groupement Glé-dokoun (Richesse de la terre) du site de Agboblènin sont heureux de montrer à la délégation,  l’état végétatif de leur culture de riz qui devra incessamment être récoltée. Nous attendrons le double du rendement habituel sans aménagement ont-ils  déclaré. « L’année dernière, sur deux ha de riz cultivés, je n’ai pu récolter que deux sacs de riz de 100 kg mais en regardant vous-mêmes l’état végétatif de notre culture cette année, vous comprenez bien que la situation va s’améliorer » a indiqué Dossou Glin Président du Groupement. Et à Marie DESSO d’ajouter « Tout cela a été possible grâce à la pratique du Système de riziculture intensive (SRI) sur lequel nous avons été formés par le PADA et aussi grâce aux motos pompes, bottes et autres matériels que nous avons reçu du Projet et qui nous permettent d’avoir non seulement la maitrise de l’eau mais de nous protéger »  

Avec les aménagements, les producteurs se partagent les casiers aménagés mais pratiquent une vente groupée et disposent des recettes au prorata de la production individuelle. Les puits et les motos pompes offerts par le PADA favorisant les cultures, les femmes ont eu la bonne idée de coupler la culture du riz avec des cultures maraichères comme le gombo, la tomate de contre saison et ceci, pour diversifier les cultures et se faire des revenus supplémentaires.  « Actuellement, nous n’avons vraiment plus du temps à perdre, le PADA a vraiment tué l’oisiveté de notre quotidien » a affirmé Marcelline ZOUNTCHEGBE, membre du groupement  Glé-Dokoun. 

Mais les membres de Glé-Dokoun ne sont pas encore au bout de leurs peines. Ils éprouvent encore quelques difficultés dont ils n’ont pas manqué de parler à la Mission. Ils ont en l’occurrence besoin des machines à labourer, des aires de séchage pour améliorer la qualité de leurs récoltes ainsi que des magasins de stockage.mentaires.

Le PPAAO et le PADA pour des semences améliorées

En route vers Malanville, la mission de supervision s’est arrêtée à Gogounou où elle s’est d’abord entretenue avec les membres des Coopératives Villageoises de Production du Coton, le coton auquel  le PADA est appelé à apporter un appui institutionnel. Mais le point culminant de cette escale a été la rencontre avec François Sanda WOROU, producteur de semences de maïs appuyé par  le PPAAO-Bénin. Sur une superficie de 5Ha, l’ancien retraité du MAEP, a cultivé la variété QPM Farba du maïs qui est une variété très précoce. Il a beaucoup d’ambitions pour le secteur semencier et entend aider le PPAAO-Bénin à atteindre ses objectifs. 

 

A Bodjécali,  dans la commune de Malanville, c’est le PADA qui, avec la construction des puits turbés, 70 motos pompes et 70 forages, a aidé le Groupement Villageois de Production du riz dont est membre Seïbou LABO, à doubler son rendement dans la production de semence certifiées. «  J’attend en ce moment un rendement de 8 tonnes à l’ha alors qu’avant l’appui que j’ai reçu du PADA, je ne pouvais en attendre que 3 tonnes ».

Bossou AROUNA, lui  a reçu du PPAAO-Bénin, des semences de base pour en produire de la semence certifiée. Sur une production de douze ha semé sous pratique du système de riziculture intensive (SRI), il attend un rendement de 4 à 4 tonnes et demi à l’ha.

 

Ainsi donc, dans la synergie de leurs actions respectives, les Projets PADA et PPAAO-Bénin travaillent à améliorer la productivité du riz et du maïs à travers la mise en place des semences de qualité.

A Ina, la délégation a visité une plantation d’anacardiers

C’est une technologie en essai que la mission a découvert sur le chemin du retour de Malanville, à Ina. Dans la plantation de Gounou Bio YERIMA BIO GUIO, pour améliorer le rendement et la production, des éclaircis ont, non seulement été réalisés à travers l’élagage des branches des anacardiers mais aussi et surtout, il a  été mis une légumineuse en l’occurrence, le soja, pour enrichir le sol a rassuré le Responsable Communal  de Promotion Agricole en charge du secteur. Pour Gounou Bio YERIMA BIO GUIO, c’est une nouvelle expérience dont il attend beaucoup.


Rencontre de la Mission avec la FENAPAB à Parakou

La Fédération Nationale des Producteurs d’Anacarde du Bénin est la faitière, l’organisation a laquelle sont censées s’affilier toutes les organisations de producteurs d’anacarde du Bénin. A ce titre, elle bénéficie de divers appuis du PADA. En allant à la rencontre des responsables de cette organisation, la mission voulait savoir si les objectifs poursuivis par le Projet à travers toutes ces contributions au développement de la FENAPAB seront atteints.

En fait d’appuis du PADA, il est à noter qu’en dehors des formations et des appuis à la participation des membres de la FENAPAB à diverses foires,  le Projet vient de procéder au recrutement de 46 agents pour le renforcement de la Fédération à travers les douze départements de notre pays. Ces 46 personnes  ont déjà pris service et ont été dotées des moyens de déplacement pour assurer convenablement la mission qui leur a été assignée. Par ailleurs l’organisation a reçu dernièrement du PADA, 14 tricycles dont 10 pour l’Union régionale de producteurs d’Anacarde(URPA)  Zou-Collines et 04 pour l’URPA Borgou-Alibori. La rencontre de la mission a permis à la mission de faire avec la Fédération le point de ces divers appuis et surtout de procéder à des réglages nécessaires à leur utilisation adéquate.

Après l’anacarde, l’ananas

Aucune filière des six dont le ProCAD s’occupe du développement ne doit être oubliée au cours de cette mission de supervision. C’est ce qui justifie que les membres de la délégation se soient rendus ce 28 octobre, au siège de l’Initiative pour la Relance de l’Ananas (IRA) à Allada. L’IRA est une coopérative de producteurs d’ananas qui ont créé Promo Fruits pour assurer la transformation de leur production. Le PADA appuie tant l’IRA à que Promo Fruits à  travers diverses formations et participation aux foires pour la recherche de marchés. Avec le développement de  l’unité Promo Fruits de transformation de l’ananas en jus qui a une capacité de 80 tonnes par jour mais qui fonctionne aujourd’hui à 40% de cette capacité, le PADA a encore un effort à faire pour lui assurer un fonctionnement en pleine capacité. A en croire ALADJODJO, Directeur de Promo Fruits, son organisation a besoin aujourd’hui pour la mise en œuvre de son plan d’affaire d’un montant d’à peu près 325 millions qu’aucune banque de la place n’est disposée à lui fournir. C’est pour cela qu’elle sollicite l’appui de différents Projets et organisations. Pour ce qui concerne le PADA, l’IRA voire Promo Fruit sollicite la mise en place d’un pont bascule pour le pesage de l’ananas fruit. Ce qui permettra d’éviter une crise de confiance entre les membres de la Coopérative. L’autre action d’urgence sollicitée du PADA sera la mise en place d’un équipement au début et à la fin de la chaine de production du jus d’ananas pour permettre au jus Promo Fruits de franchir les marchés européens.

La Mission sur des projets de fonds compétitifs du PPAAO-Bénin

La première étape de cette Mission de supervision a été le projet du Professeur …LALEYE relatif aux essais en cours sur les techniques efficientes de production de crevettes d’eau douce en mono et polyculture. Erick ABIASSI et la délégation qui l’accompagne ont apprécié l’état d’avancement du Projet et les difficultés rencontrées par le Chercheur dans sa mise en œuvre. La difficulté principale est liée à la qualité de l’eau dont la diminution fréquente du PH, compte tenue de la présence du chlore qui sert à la traiter, cause la mortalité des crevettes. A  ce propos, le forage prévu dans le cadre du PADA pourra permettre de régler le problème.

L’autre projet qui a intéressé la Mission, c’est le Projet IAPA, Initiative pour l’Amélioration de Compétitivité de l’Ananas. Cette initiative a pour objectif, de mettre à la disposition des producteurs, des variétés leur permettant d’avoir une certaine homogénéité au niveau de leur production d’ananas afin de faciliter l’exportation. Les essaies qui ont été présentés à la Mission ont été rassurante et promettent un résultat satisfaisant à la fin du Projet prévu pour durer trois ans.

Après ces activités de terrain, l’équipe de supervision aura encore quelques jours de réglages à faire avec les responsables du ProCAD au bureau avant de prendre congés de ces derniers et le rendez-vous sera pris dans six  mois pour la revue à mi-parcours des Projets PPAAO-Bénin et PADA.